Sélectionner une page
Quatre ans après la sortie du diptyque «Walk the walk / Talk the talk», qu’il a réalisé en Jamaïque en compagnie de certaines des icônes qui ont fait l’âge d’or du reggae dans les années 70, le producteur Martin Nathan récidive et annonce son grand retour sur l’île pour Beyond The Blue un tout nouvel album en collaboration avec le mythique Big Youth. Un premier single sortira le 15 avril en attendant l’arrivée de l’album le 28 mai prochain. 
Une Histoire dans l’histoire …

Comment résumer en quelques mots l’incroyable et terrible aventure vécue par Martin Nathan et son fidèle compagnon Samuel Clayton Jr, partis en Jamaïque en mars 2020, pour une collaboration avec le légendaire Big Youth. Le contexte d’un premier lockdown mondial inédit ne leur laissera que peu de temps pour effectuer des prises avec le célèbre DJ, avant qu’ils ne contractent tout deux le virus … Martin Nathan aura la chance de pouvoir rentrer en France, bien qu’obligé de rester confiné et de se soigner seul dans son studio pendant cinq semaines dès son retour. Samuel Clayton Jr, lui, ne rentrera pas, emporté par la maladie à Kingston.

La volonté de fer du producteur, épaulé par le producteur jamaïcain Stephen Stewart, permettra tout de même à ce projet d’aboutir.

.

BRAIN DAMAGE

Brain damage Photo; presse © Paul Bourdel

© Paul Bourdel

Avec la réalisation de 14 albums et plus de 700 concerts, Martin Nathan multiplie depuis 20 ans les propositions artistiques les plus aventureuses et diverses sous le nom de Brain Damage. Considéré comme l’un des créateurs de la scène dub en France à la fin des année 90, il se présente rapidement comme une influence majeure pour toute une génération de musiciens. N’étant pas du genre à se reposer sur les modèles qu’il a lui-même fondés, il se renouvelle sans cesse au gré de ses multiples projets, enchaînant notamment des collaborations toujours plus prestigieuses avec des pointures comme avec High Tone (fr), Vibronics (uk), Horace Andy (Ja), ou plus récemment Harrison Stafford (usa). Parallèlement à ses multiples productions, ses fameuses prestations scèniques explosives lui confèrent une solide réputation internationale, et il est plus que rare de voir un artiste fêter ses 20 ans de carrière avec tant de vitalité et une créativité intacte.

.

BIG YOUTH

Big Youth Photo; Noir et Blanc

Né en 1949 dans le quartier de Trenchtown à Kingston, Manley Augustus Buchanan compte parmi les premiers artistes à développer le style DJ, ancêtre du rap, et devient rapidement l’un des plus reconnus. Chantre du Rastafarisme, il se consacre majoritairement à des thèmes sociaux et conscients., ce qui est une nouveauté lorsqu’il s’impose dès 1972 comme le seul rival sérieux de U Roy, créateur du genre. Tout en collaborant avec la quasi totalité des plus grandes figures artistiques jamaïcaines de l’époque, il constitue également une influence majeure pour Bob Marley parmis tant d’autres. Il sait également capter l’attention de la scène punk en Angleterre, notamment celle de Johnny Rotten (Sex Pistols / PIL), dans la mouvance des fameuses punky-reggae parties. Toujours à l’heure actuelle inlassablement copié ou samplé, Big Youth, ou JahYouth, comme on l’appelle affectueusement en Jamaïque, reste le DJ le plus touchant et le plus populaire de l’âge d’or du roots reggae des années 1970.

.

Samuel Clayton Jr

Samuel Clayton Jr; Photo; Noir et blanc

Fils de Samuel Clayton, ayant officié au sein de la légendaire formation jamaïcaine Mystic Revelation of Rastafari, Sam deviendra dans un premier temps ingénieur dans les chemins de fer, avant de se consacrer entièrement à ce qui donnera un sens à sa vie, la musique au sens large. Incontournable ingénieur du son, tant en live qu’en studio, il travaillera avec les plus grands, des Rolling Stones à Steel Pulse ou Toots & the Maytals pour ne citer qu’eux, souvent accompagné de son amide toujours Stephen Stewart (Harry JStudio, Burning Spear…). Après avoir vécu à New-York et en Angleterre, il s’établira définitivement en France dans les années 90. Il y deviendra rapidement l’homme à connaître pour tous les musiciens férus de reggae, et accompagnera la quasi totalité des formations de l’hexagone assouvir leurs fantasmes de productions et de rencontres en Jamaïque sous la forme de projets avec Sly & Robbie, DavidHinds, Horace Andy etc… Mais si Sam avait le bon carnet d’adresse pour rendre ce genre de choses possibles, on se souviendra de lui pour sa faculté à bâtir des ponts entre certaines cultures si différentes entre elles.

Ses remarquables capacités lui permettront également de dépasser les frontières des musiques jamaïcaines et il travaillera ainsi avec des artistes de blues, jazz, gospel ou soul (Eric Bibb, JP Bimenietc … ).

Véritable homme de culture et de partage, il a toujours su rester imprévisible, comme le prouvent ses multiples collaborations avec Brain Damage à qui il a permis de travailler avec Big Youth, Kiddus I,Ras Michael, mais également des artistes d’horizons complètement autres comme la japonaise Emiko Ota.

Un personnage ouvert, rare, irremplaçable.

ARTDEKO

ArtDeko; photo; noir et blanc

Après des années à jouer dans différents projets (Thomas Fersen, Le Peuple de l’herbe…), Franck Boyron et Baptiste Sarat se lancent en janvier 2010 dans l’aventure du duo. Il créent alors ArtDeko, un duo trombone / bugle, deux instruments de la famille des cuivres doux. Parallèlement, leurs étonnants talents de mutli-instrumentistes (contrebasse / guitares / percussions etc…) et leur immense faculté d’adaptation les poussent régulièrement à intègrer de façon ponctuelle d’autres formations, comme ce fût le cas notamment sur le fameux album What you gonna do? de Brain Damage. 

Pin It on Pinterest