UA-20117402-1
Sélectionner une page
Après les singles Boum et Bordel de Rap qui ont enflammé la presse, Les Mamans du Congo & RROBIN nous dévoilent ce jeudi 22 octobre Ngaminke. Un troisième extrait qui va clairement te donner l’eau à la bouche avant la sortie de l’album le 13 novembre prochain. 

« Des berceuses bantoues interprétées avec fourchettes et percussions maison et rhabillées de house et de beats qui rafraîchissent l’oreille. » Télérama

 

« Ce groupe afro-féministe scande le quotidien des congolaises sur des rythmiques explosives »

Le Monde

 

« Des femmes inspirantes et modernes qui donnent envie de regarder l’avenir sans se soucier des traditions, qu’elles s’approprient avec bon sens et créativité. » Pan African Music

 

« Le tube de l’été » FIP

Dirigé par la chanteuse et percussionniste charismatique Gladys Samba, le groupe féminin Les Mamans du Congo voit le jour en 2018 à Brazzaville. Dans un projet où la danse fusionne avec les berceuses ancestrales Kongo, les cinq mamans chantent en Lari l’histoire de leur peuple ainsi que le quotidien de la femme congolaise en le mettant en musique sur des rythmiques complexes jouées avec des fourchettes, assiettes, paniers, pilons et matériel de récupération.

A l’initiative de l’Institut français du Congo, de la Coopérative de Mai et du label Jarring Effects, le collectif de femmes rencontre le producteur français RROBIN, spécialiste des beats hip-hop et
house. Beatmaker préféré de Grems, il s’intéressait déjà aux nouvelles voix urbaines africaines sur son premier album Déluge où le rappeur sud-africain Spoek Mathambo figurait parmi les invités. Après quelques EP tournés vers les musiques électroniques futuristes, le voici en octobre 2019 à Brazzaville aux côtés de Céline Frezza (co-directrice du label Jarring Effects, ingénieure du son et coordinatrice du fameux projet Nola Is Calling) pour un nouvelle aventure musicale se déroulant en République du Congo, initiée par Marie Audigier, directrice de l’Institut français du Congo.

À peine débarqués, ils rencontrent Maman Glad’ (Gladys Samba) dans son lieu culturel, Kudia, situé dans le quartier populaire de Bacongo, lieu de rendez-vous des artistes, musiciens, danseurs. Ils vont aussitôt imaginer un projet commun.

Pour lier l’univers onirique des Mamans du Congo avec les textures électroniques de RROBIN, Armel Malonga, bassiste du légendaire chanteur congolais ZAO, officie à la direction artistique du projet. Ce nouveau combo musical maquette en une dizaine de jours l’album, qui sera mixé et masterisé au mythique studio de Jarring Effects à Lyon, le Rumble Inn. Sur ce disque où les chœurs envoûtants revisitent la tradition de l’ancien royaume Kongo, les percussions électronisées et les sonorités grime des machines de RROBIN viennent porter les propos engagés de leur leadeuse Maman Gladys, qui alterne voix suave pour bercer et rap puissant pour conscientiser.

Les Mamans du Congo & RROBIN, NgaminkeSur ces productions hip-hop électroniques explosives, rythmées par les berceuses ancestrales et le flow percutant de Maman Gladys, le groupe évoque de nombreuses thématiques chères à la population congolaise. Après Boum qui militait pour l’émancipation des femmes face aux contraintes familiales et à la société patriarcale, Bordel de Rap dépeignait les difficultés des personnes abandonnant leurs villages et leurs proches pour trouver du travail à Brazzaville. Avec Ngaminke, Les Mamans du Congo & RROBIN puisent à la source de leur histoire et revisitent les légendes souvent contées au bord du fleuve Congo.  Rendez-vous jeudi prochain pour découvrir ce troisième single inédit !

 

Pin It on Pinterest