UA-20117402-1
Sélectionner une page

Aphasia

Aphasia FX977 - 2014


1 – Requiem 432
2 – Sixty Cycle Drum
3 – Murka
4 – Drone Silences


Filastine

Filastine, producteur de musique électronique Outernational et artiste multimédia persiste dans le brouillage de piste et la prise de risques avec «Aphasia».
Une cascade de détails ouvragés se fondent dans un mur de sonorités.
De luxuriantes voix flottent au dessus de l’assourdissante pression bass.

«Requiem 432» tire son origine du système de syntonisation à 432 hertz sujet à controverses. Requiem a été composé en tandem avec une vidéo dans laquelle l’artiste organise la sépulture de l’âge du matérialisme, tournée dans la nécropole-squat du Caire, the City of the Dead.

«Sixty Cycle Drums» s’ouvre avec de médiocres couches d’impulsions organiques mariées au sifflement des gaz lacrymogènes pour ensuite se mouvoir en ce qui est sûrement le morceau le plus pêchu de l’album, flirtant avec l’hyper cadence du footwork.

Les fans d’électro-pop emo pentatonique s’extasieront devant «Muka». Découvrez aussi sa vidéo, une méditation sur le climat, filmée dans les paysages glacés de Hokaido.

Les sonorités TR-808 de la musique trap de «Drone Silences» est probablement le titre de l’album le plus proche d’un quelconque genre identifiable, bien qu’additionné à une grande sensibilité Dub qui l’emmène loin, très loin du coeur yankee du Brostep.
Soyez attentif au son synthétique qu’amène le moteur d’un drone Reaper, directement inspiré par Mahwish Chishty et ses célèbres illustrations qui en sont peuplées.

«Aphasia» coïncide avec le lancement d’une nouvelle performance de mapping par Filastine, qui sera inaugurée ce mois de juillet pour le plus grand festival de France, Les Vieilles Charrues avant de tourner dans le reste du monde.
Parmi les dates confirmées, on retrouve un prestigieux musée londonien, un festival psyché-trance en Hongrie, un parking de Yogyakarta sur l’île de Java.




Pin It on Pinterest