UA-20117402-1
Sélectionner une page

Dirty Bomb

Dirty Bomb FX089 - 2009


1 – Singularities
2 – Fitnah (feat Jessika Skeletalia Kenney)
3 – Hungry Ghosts (feat Wire MC & ECD)
4 – Bitrate Sneers
5 – Desordenador
6 – No Lock No Key (feat Dj Collage)
7 – The Sinking Ship
8 – From The South to The West…
9 – To The Motherfucking East
10 – Blung
11 – Con Las Manos En La Masa (feat Maleno D’alessio)
12 – Stereofonic Streetscape Blowout
13 – B’Talla (feat Rabah)
14 – Marxa
15 – They Move Like Somnambulists
16 – Strategy Of Tension
17 – Como Fugitivos (feat. La Perla)


Filastine

Producteur et percussionniste basé à Barcelone, Filastine n’est pourtant que très rarement dans la capitale catalane ! Globe trotter insatiable, vous le croiserez plus facilement sur scène dans un club londonnien, sur un radeau de fortune descendant le Mississippi, à une soirée breakcore à Osaka ou face à 40 000 personnes dans un festival à Casablanca. Dans toutes ces situations, à la limite de l’émeute, Filastine envoie sa musique mêlant électro, percussions acoustiques aidé d’un caddie sonorisé, le tout arrosé d’images synchronisées au son.

Son premier album, Burn It – sorti en 2006 – a fait son chemin et a créé la surprise chez les fans de hip-hop, de world, d’électro et sur les scènes expérimentales, tant cet artiste bardé d’influences et immergé de multiples cultures, a su en l’espace d’un premier opus synthétiser toutes ses sensibilités. Ce second album – Dirty Bomb – voit le retour du son urbain et varié de Filastine. On y passe allègrement d’un dubstep libéré, à la musique des balkans en passant par le HipHop et Bollywood, comme si la Bombe de Filastine explosait dans l’énorme flaque de boue qu’est notre monde, pollué.

Si bien que les kicks s’emballent et définissent des rythmes pour des danses qui restent à inventer, les instruments à cordes se mêlent aux synthétiseurs programmés et aux percussions souvent rageuses. L’écoute du titre “Fitnah” prouve à elle seule qu’un morceau n’a pas besoin d’être en anglais ni basé sur une rythmique binaire pour devenir une merveille pop. Quant aux voix, elles résultent toutes d’une rencontre humaine avant tout faite au gré des voyages et enregistrée sur place. On y croise l’aborigène australien Wire MC, le japonais ECD (icônes hip hop indé dans leurs pays respectifs) ou encore le crunk contorsionné de Hungry Ghosts. La jeune gitane La Perla clôt l’album, sur une superbe prise de voix réalisée dans une cave squattée de Grenade.

Dirty Bomb suit le chemin tracé par Burn It et le succès des différents LP de Filastine, dont le remarquable EP réalisé avec son ami Maga Bo pour leur projet Sonar Calibrado sur le label Shockout de Tigerbeat6.




Pin It on Pinterest