La semaine passée se déroulait la 15ème édition du Telerama Dub Festival, qui a fait carton plein puisque le festival affichait complet avec près de 5 000 billets vendus ! A l’occasion de cette nouvelle édition, les spectateurs ont pu apprécier les performances de Brain Damage et Harrison Stafford (Groundation) qui présentaient leur album Liberation Time pour la seule date parisienne d’une tournée comptant pas moins de 20 dates ; mais également le retour d’High Tone, de retour sur scène après 3 ans d’absence, et qui présentaient pour l’occasion d’un show unique ! La Grosse Radio y était, et revient pour vous sur la soirée dans un live report. Morceaux choisis :

Après avoir pris les grosses basses des artistes précédents, nous sommes allés nous confronter à celles de Brain Damage. Le Stéphanois était à Paris en compagnie d’Harrison Stafford dans le but de défendre l’album Liberation Time (la grosse chronique ici) que les deux hommes ont sorti conjointement en octobre. Pour résumer la prestation en quelques mots, il suffit juste de dire que le son se fait beaucoup plus lourd et intense sur scène. Alors que l’album a une très forte tonalité roots, c’est un stepper riche en basses que Brain Damage va faire déferler durant le set ; les riddims sont ainsi complètement revisités façon UK. Et même Harrison Stafford qu’on pourrait penser complètement perdu parmi ce déluge s’en sort très bien. De toute façon, on est est tellement absorbé par ses mimiques et sa fougue extatique, que la symbiose entre les deux artistes n’en est que plus logique. Dommage qu’il ne s’agisse que d’une rencontre éphémère avant qu’ils ne retournent chacun à d’autres occupations.

C’est donc au Télérama Dub Festival que les High Tone firent leur grand retour après une pause d’environ deux ans que les membres du groupe auront mis à profit pour donner suite à leur side project Dub Invaders. Le 25 novembre, le crew lyonnais se présentait donc devant des massives parisiens pour un show unique dans une configuration unique avec des chanteurs : Shanti D, Omar Perry et…Pupajim (venu interpréter bien évidemment le mythique « Rub-a-dub Anthem« ) qui remplaçait au pied levé Lady Chann normalement programmée.
Première chose que l’on remarque, les High Tone ne sont plus que quatre ; Natural High a quitté le groupe. Et deuxième modification notable, Aku-Fen et Fabasstone, ne sont plus respectivement munis de leur guitare et de leur basse. Conséquence : ce show sera avant tout electro dub, exit le dub hybride et composite des Lyonnais pour ce spectacle, hormis peut-être « Until The Last Drop » avec Shanti D. En effet, High Tone était ce soir-là en mode backing band et peu de titres du crew ont résonné ; on a plus entendu des morceaux de chacun des chanteurs ou alors des tracks ou dubplates de Dub Invaders. Et ce qui est étonnant, c’est que c’est pratiquement la première fois où on a entendu des « pull-up » avec High Tone ! Par contre, malgré cette présentation un peu spéciale, ce qui n’a pas changé c’est la déferlante de grosses basses que le crew a envoyé durant tout son show. High Tone était bel et bien de retour et leur concert a auguré d’excellentes choses pour la tournée anniversaire du groupe qui débutera au printemps prochain. Affaire à suivre.
La Grosse Radio a par ailleurs rencontré les High Tone, et est revenu avec eux sur leur carrière, leurs projets, le live du TDF… Vous pouvez lire l’interview juste ici

Lire le live report dans son intégralité

Crédits photos : Olivier Hoffschir

Pin It on Pinterest