Le MUTEK, festival de musiques electroniques et d’art numérique c’est en ce moment à Québec. Pour l’occasion Filastine & Nova ont délivré une prestation dont eux seuls ont le secret, mêlant musique électronique, percussions, vidéo et costumes d’hôtesses de l’air ! Le Huffington Post vous en parle !

Vêtus de costumes d’agents de bord, plantés dans un décor alliant valise et panier d’épicerie (faisant échos aux projections emplissant les écrans tout au long de leur prestation), le Dj Filastine et son acolyte, la chanteuse indonésienne Nova, ont présenté des règles de sécurité un peu loufoques au public avant de lui faire entreprendre tout un voyage.

Un périple exploratoire musical intitulé Drapetomania (c’est aussi le nom de leur album enregistré un peu partout à travers le monde et d’un diagnostic médical ancien utilisé pour qualifier le désir incontrôlable de fuite chez les esclaves), misant sur la différence, l’unicité, la diversité et l’inclusion.

Un envol incluant projections multimédias (des images d’avions, de villes, de gens aux allures parfois aliénées, de rues, de marchés), percussions live, synthétiseur et chants souls indonésiens, mené par un duo improbable et coloré. Un duo s’étant rencontré au bout de la planète, il va de soi. De la musique du monde, un soupçon de pop, du dubstep, de l’electronica et de la soul indonésienne contemporaine unis malgré leurs différences afin de former un projet « à la conscience sociale, politique et sans frontières ».

Lire l’intégralité de l’article sur le suite du Huffington Post

Pin It on Pinterest