0%

Le Jarring Fest’ c’est fin octobre à Lyon

Maison mythique de la scène underground française et internationale depuis 28 ans, le label lyonnais Jarring Effects revient cette année pour la troisième édition du Jarring Fest’ ! Quatre jours à écumer des lieux lyonnais emblématiques pour découvrir la scène locale et internationale. Concerts, performances artistiques, projections, conférences, ateliers…La fête va battre son plein !
Préventes ici (tarifs majorés sur place)

Jarring Fest, Jarring Effects, festival, festival lyon, jarring effects festival

Le mercredi 25 octobre, le Jarring Fest’ s’ouvre au Périscope pour faire la part belle à la poésie : trois performances artistiques à couper le souffle seront ponctuées par une scène ouverte encadrée par l’espace Pandora.

La première soirée du Jarring Fest’ s’ouvrira avec une performance racinaire et initiatique du collectif Douce Ecchymoz intitulée La Selva Subterrànea. Une exploration dans les souterrains de l’inconscient. Contes, ambiant live et danse forment un ensemble qui nous immerge au sein d’un imaginaire archétypale.

Place ensuite au Conteur sans Histoire & Llimace qui uniront leurs voix et leurs pratiques sur leurs textes et chansons respectives. Les deux artistes racontent leur queerness, la slame, la chante, la danse aussi. Sur scène des instruments de musique, deux corps bruyants, et une envie de changer le monde

Pour clôturer la soirée, Marguerin Le Louvier et Clément Rossi présenteront La Peau Douce, une performance acid poésie à la croisée du conte pour adultes et du spoken word techno. Le duo s’aventure du côté de l’archéologie fantastique en imaginant des mondes parallèles peuplés de néandertaliens. À moins qu’il ne s’agisse d’un prétexte pour parler de désir, d’amour ou de la difficulté de s’exprimer.

Le jeudi 26 octobre, direction la MJC du Vieux-Lyon pour une soirée projection qui mettra à l’honneur deux des documentaires produits par Jarring Effects.

La soirée débutera avec la projection de Call & Response, sorti en 2019 et réalisé par Arno Bistchy & Elodie Maillot. Ce documentaire porte un regard de l’intérieur sur les racines et les traditions de la Nouvelle-Orléans. Deux hommes, deux rituels, deux destins. Big Chief Jermaine, digne représentant des Mardis Gras Indians et HaSizzle, figure montante de la scène bounce. A la suite de la projection, le réalisateur Arno Bitschy sera présent pour un moment d’échange avec le public.

La soirée se poursuivra avec un second documentaire réalisé par Arno Bitschy qui, au fil de ses expériences, affute une caméra sans concession, avec l’envie de capter l’humain dans sa complexité et ses facettes les plus étranges. Jazz, portrait d’une âme oubliée de Détroit nous plongera dans une Amérique plus divisée que jamais, à Détroit, ville fantomatique et face sombre du rêve américain. Dans une des nombreuses maisons abandonnées vit une vieille femme, Jazz. Elle chante des vieux morceaux de Billie Holiday, des histoires d’amour tristes, des destins déchus, des passions déchirantes.

Vendredi 27 octobre place à la fête et à la danse au Marché Gare. La sono mondiale sera à l’honneur avec Les Mamans du Congo & Rrobin et Zar Electrik.

Le rendez-vous est donné dès 18h pour une conférence sur l’afro-féminisme encadrée par Radio Béguin et ouverte au public. Place ensuite à la fête et à la danse avec les transes envoûtantes de l’african electro de Zar Electrik. Le trio marseillais nous embarque pour une traversée entre le Maghreb, l’Afrique Subsaharienne et l’Occident.

Les Mamans du Congo & Rrobin nous livreront ensuite une performance unique mêlant chant, danse, musique électronique, percussions et instruments DIY. Ce groupe charismatique entend éveiller les consciences et préserver les valeurs, rythmes et mélodies ancestrales bantu.

Samedi, place aux musiques électroniques au Marché Gare avec Lucie Antunes et Zero Gr4vity. S’en suivra un afterparty au Loupika avec les collectifs ZANZI et Dürüm Records.

Pour cette dernier journée du festival, un atelier sur inscription se déroulera de 14h à 17h au studio Rumble Inn avec l’ingénieure du son Céline Frezza. Un atelier en mixité choisie pour les femmes, personnes trans et non-binaire afin de tout savoir sur les micros et les enjeux d’un enregistrement.

Les concerts débuteront dès 20h30 au Marché Gare. Side-project électro-ambient de Johann Guillon (compositeur et membre fondateur d’EZ3kiel), Zero Gr4vity nous offrira une approche envoûtante, sombre et lumineuse d’une musique électronique céleste et hypnotique riche en textures organiques. Lucie Antunes lui fera suite avec un talent débordant qui ne se limite pas à la musique : mouvements, performance, danse, percussion, chant, cris, transe au milieu des batteries, synthés, vibraphones et cloches tubulaires.

Et puisque la fête n’est jamais finie, Jarring Effects donne carte blanche aux collectifs lyonnais ZANZI et Dürüm Records pour un afterparty micro house, minimal et techno sur la péniche Loupika de 23h à 04h.

Un événement produit par Jarring Effects et Spread The Word (SPRWD Agency). Avec le soutien de la Ville de Lyon. Partners in crime – Slab Note, Rumble Inn, Périscope, Marché Gare, Loupika, MJC du Vieux-Lyon, ZANZI, Dürum Records, Espace Pandora, Canutes, Radio Béguin

Illustration : Victoria Roussel @victoriadessine

  • Jarring Effects  • 
  • Rumble Inn  • 
  • SPRWD  • 
  • WWE

PARTAGER

ABONNE-TOI !

Des pépites et de l’actu musicale dans ta boîte mail

À LIRE AUSSI

  • Jarring Effects

Rebeka Warrior remixe les Mamans du Congo & Rrobin

  • Slab Note

Jeudi minuit signe un nouvel EP de techno mélodique

  • Jarring Effects

Busy Twist signe le remix de Sala Sala

JARRING EFFECTS

LABEL & MAISON MÈRE

LABEL HIP-HOP

LABEL TECHNO

STUDIO D'ENREGISTREMENT

BOOKING

DOCUMENTAIRE

LABEL & MAISON MÈRE

LABEL HIP-HOP

LABEL TECHNO

STUDIO D'ENREGISTREMENT

BOOKING

FORMATION

DOCUMENTAIRE