UA-20117402-1

Talk the Talk

Talk the Talk FX 136 - 2016
CD+ LP+ DIGITAL+ DVD

01 – Youts Dub feat Horace Andy
02 – Mama Dub feat Horace Andy
03 – Fyah Dub feat Willi Williams
04 – Pray Dub feat Willi Williams
05 – Lion Dub feat Winston Mc Anuff
06 – Birthday Dub feat Winston Mc Anuff
07 – Vamp Dub feat Kiddus I
08 – Grandma Dub feat Kiddus I
09 – Walk the Dub feat Ras Michael
10 – Love Dub feat Ras Michael
11 – Music First Dub feat Stephen Stewart
12 – Humpty Dumpty Dub feat Sam Clayton
13 – Garden of Dub


Brain Damage

En 2015 Brain Damage présentait l’album « Walk the walk », unanimement salué par la critique, et désormais considéré comme l’une des pièces maîtresses de sa discographie.

L’enregistrement de l’album au mythique « Harry J Studio » (Bob Marley, Steel Pulse) fut l’occasion pour Martin Nathan de rencontrer de nombreuses légendes du reggae, avec lesquelles furent composées chacun des dix titres originaux constituant l’album. On peut ainsi retrouver sur le maxi Horace Andy, Willi Williams, Winston Mc Anuff, Ras Michael ou encore Kiddus I.

Un an après, Brain Damage revient avec « Talk the talk », album compilant les versions dub de chacun des morceaux du précédent opus. Pour les mettre en valeur le producteur stéphanois a choisi de faire appel à une autre légende en la personne de Father Wee Pow, créateur de l’incontournable sound system jamaïcain Stone Love, qui fait la pluie et le beau temps sur l’île depuis 1972 !

« Talk the talk » est parsemé de manipulations de textures sonores parfois bruitistes, juxtaposées aux refrains ravageurs des Elders. Chaque version dub est ainsi travaillée à grand renfort d’échos, de réverbérations, de faux accidents, le tout témoignant d’une grande maîtrise. L’une des particularités de « Talk the talk » est que chacun des titres se conclue systématiquement par des interventions vocales sous forme d’extraits d’interviews des différents chanteurs, comme une façon de leur rendre hommage.

Paradoxalement, si Brain Damage est depuis de nombreuses années considéré comme l’un des principaux acteurs de la scène dub française et internationale, on a le sentiment que « Talk the talk » est son premier véritable album dub. Si il s’apparente à un exercice de style, il est surtout un élément essentiel au sein d’un projet plus conséquent, auquel vient s’ajouter une autre partie nécessaire à sa compréhension, sous forme de documentaire cette fois ci.

Accompagné lors de son séjour jamaïcain par le réalisateur Wasaru, il est apparu comme une évidence à Brain Damage que la matière qu’ils tenaient avec « Walk the Walk » dépassait le cadre artistique : entendre ces légendes vivantes raconter leurs souvenirs d’enfance a en effet une valeur patrimoniale significative. Entre photographie de la vie jamaïcaine des années 60 et 70, anecdotes sur les personnages et événements mythiques de l’île et confidences intimes, ce sont autant d’histoires dans l’Histoire que racontent en 8 épisodes cette« série documentaire ».

L’expression anglaise « talk the talk, walk the walk », qui signifie « joindre le geste à la parole », paraît parfaitement illustrée par ce projet dans sa globalité, tant chacun de ses aspects a été pensé et intellectualisé avant même sa réalisation.




Pin It on Pinterest